Démarrer dans Mobile Frame Zero

Dans Geek par Iblitz - 17:41 - 24.01.2015

Tags : robot, movie, Wargame, Mobile frame zero, MFZ

Démarrer dans Mobile Frame Zero Depuis que je commence à jouer à ce jeu, c’est la question la plus récurente que l’on me pose. MFZ, comme beaucoup de wargame demande un peu d’investissement personnel (du temps principalement) et un peu de recherche pour trouver les bonnes pièces.
Heureusement la communauté du jeu, bien implanté et très productive (au moins un nouveau design par jour sur le forum) permet d’obtenir des idées et de faire son chemin dans le jeu.
Le plus dur, c’est de trouver des joueurs. (mais ça c’est un sujet sur lequel je reviendrai).

Voici quelques pistes pour commencer à monter ses premiers frames à MFZ :
- Retrouver la collection de légo de son enfance.
- investir dans le Garage Kit.
Il s’agit d’une liste de pièces standard utilisé pour monter les frames présents dans le livre de base. Avec lui il est possible de monter assez de frame pour faire une compagnie entière.
- Acheter des compagnies complètes sur des sites perso de la communauté.
Certains mêmbre de la communauté proposent des frames complet à la vente (principalement le Chub). Il existe d’autres site, mais il est difficile de les référencer
- Acheter des kits officiel
Préférablement orienté science fiction, mais certains personnages comme les Mixels fonctionnent très bien. Des membres de la communauté propose des analyses des kits plutôt utile pour choisir. J’en proposerai quelque une.
- Commander ses pièces sur BrickLink.
Il s’agit d’un site d’achat en ligne de pièces Lego auprès de particulier. Il faut prendre le temps de comparer les prix, chercher un vendeur pas trop loin de chez soi avec les pièces qui nous intéresse. C’est plutôt difficile de trouver du premier coup, mais c’est plutôt rentable si on compare à l’achat de kit.

En général on peut estimer le coût d’un frame complet en 6€ et 10€ tout dépends des pièces qui le compose, de leur nombre et de la façon dont on les a obtenu (Bricklink, Legostore, Kits, Occasions…)
Comme il s’agit d’un jeu d’escarmouche le jeu ne déploie pas beaucoup de frames, une compagnie complète se compose de 8 frames mais l’équilibrage des parties fait qu’un maximum de 6 et trés régulièrement 5 frames suffisent pour une partie. Il est tout à fait possible de jouer avec seulement 3 ou 4 frames sans être handicapé face à une compagnie de 5 frames. (Cela sera plus complexe, mais c’est jouable).

Ensuite, il ne reste plus qu’a obtenir des décorts et faire quelques stations. Cela n’est pas très compliqué et fonctionne exactement comme pour les frames.

Le conseil ici, c’est comme pour les wargames, avant de se lancer dans l’achat de frames, de pièces ou de kits, regarder ce qui se fait dans la communauté, lire des rapports de bataille et des articles stratégique pour comprendre les intentions du jeu et limiter ses achats à ce qui est essentiel Le plus difficile, c’est de trouver le design de sa compagnie et de se limiter à celle-ci ;).

Pour moi, MFZ est l’un des wargames les plus économique et des plus ludiques sur le marché actuellement. Il est aussi gratuit et possède une communauté enthousiaste de joueurs entre 20 et 45 ans ce qui exclu les comportements immatures orienté sur l’argent et l’aspect “celui qui investit le plus a plus de chances de gagner”, un défaut courant dans les wargames et les jeux à collectionner.

Comme je le disais dans ma présentation du jeu, MFZ est un jeu qui n’a pas oublié qu’il était un jeu.

Le problème de MFZ ne vient pas du jeu mais plutôt des joueurs de wargame en général.
Comme je l’explique plus tôt, il est difficile de trouver des joueurs. Surtout dans la zone francophone. Le jeu étant méconnu en Europe. La campagne Kickstater est finie depuis quelques années, Le jeu est en anglais. Mais ces problèmes ne sont pas la principale difficulté que le jeu rencontre, il souffre de la trop forte popularité des autres wargame et de leur aspect plus “Vrai”.
C’est ainsi que les joueurs de wargame peuvent voir MFZ et c’est cette critique que l’on me fait souvent quand j’en parle : “Les légos c’est pour les enfants”.
Ainsi dit, le jeu est pris de haut par les autres joueurs qui ne conçoivent pas qu’un jeu puisse être sérieux et avoir une dimension stratégique si les figurines employées sont des bricolages fait à base de Légo. J’ai souvenir d’un wargame dans lequel il fallait customiser ses unités à partir de rouleau de papier toilette sans pour autant discréditer sa dimension stratégique.
Les Préjugés sont nombreux et il est difficile de séduire des joueurs de wargame avec MFZ, Tout reste à faire, traduire et présenter le jeu au plus large publique possible.

MFZ

Image : MFZ - iblitz

Lien permanent

01-Monsters : le truc dans Riddick 3

Dans Divers par iblitz - 13:12 - 27.09.2013

Tags : Geek, Alien, Monsters, nanar, film, movie, Riddick

J'inaugure cette catégorie avec une bestiole récente tiré d'un cinéma de genre que j'apprécie depuis longtemps. La chose présentée ci-dessus ne porte pas de nom et le film ne s'attarde pas dessus.

Nous l'appelleront, le Truc. Tirés de Riddick troisième du nom, il apparait dans un premier temps comme une créature sédentaire vivant dans marais et eaux stagnantes. Sans vous révéler la suite, la bête est révélée en 2 temps.

Le Truc est bipède et possède la particularité de chasser avec sa queue (où semblent se trouver ses yeux) ornée d'une paire de grosses mandibules. En fait c'est un leurre puisqu'elle jaillira quelque seconde plus tard pour happer avec sa vrai mâchoire jusque là immergé. Le Truc possède en plus de cela un dard (toujours sur sa queue multi-fonction) qui inocule un poison si jamais la victime survivrai à la première attaque. Il y a plusieurs taille de bestioles allant de d'une cinquantaine de centimètre à un truc géant d'au moins 4 mètres de longs. En plus de cela... celle-ci possède la même particularité que certains poisson africain, celui de pouvoir rester en léthargie dans le sol jusqu'à la prochaine pluie.

Vous en conviendrait, ça fait beaucoup de chose pour un monstre dont l'action du film n'est pas centré sur lui. Mais ce qui me donne envie de parler de lui c'est cet aspect : "nous les producteurs nous avons penser à lui faire faire plein de choses pour que le héros galère bien alors que le propos du film est ailleurs". En gros, on a pas de scénar mais on a des monstres trop cool pour faire courir les gentils. Dans un film comme Alien, Leviathan, Tremor... ça aurait été bien sympathique, même les créatures de Pitch Black ne sont pas aussi détaillés.

Enfin LE détail qui dérange, c'est que le Truc semble immunisé à la douleur ou totalement dénué de sens. A la suite de la scène présenté par l'image-ci dessus, le héros arrive à ouvrir le ventre de la bête qui déverses ses organes au sol. Notre Truc ne trouve qu'une seule chose à faire quand le héros lui échappe : dévorer ses propres organes... ce qui ne manque pas d'intriguer le héros du film.

Bref, comme beaucoup de monstres de cette série d'article, celui-ci nous marquera par son manque originalité (mi scorpion, mi croco) et par la place qui lui est accordé dans le film.

C'est donc mitigé mais pas surpris que je lui donne une note de 2 Alien sur 5.

Lien permanent

Mais où sont les monstres ?

Dans Geek par Iblitz - 09:19 - 02.08.2013

Tags : Geek, Alien, Monsters, nanar, film, movie

En arrivant sur ce blog, vous vous demandez certainement : " c'est où qui sont les aliens ?" Car si je parle de robots par l'intermédiaire du jdr (en téléchargement dans la colonne sur votre droite), de petits lapins avec le jeu de cartes que je développe, on est en droit de se demander ce que les aliens viennent faire là dedans.

J'ai peut-être trouvé la formule pour vous en parler.
Mes twittos l'on lu ces derniers jour, j'ai craqué. J'ai commenté "a vif" mon visionnage du MockBuster : Atlantic Rim. Ce fut long, douloureux (1h20) mais plutôt amusant. Ce fut intense et cela ma rappelé à quel point j'aimais ça (et maso en plus). J'ai une petite passion cachée pour les films de genre B et Z et principalement ceux qui incorporent des monstres. De cela découle une curiosité naturelle pour le nanar et les ovnis du film de genre.

Mais attention, je suis très sélectif. Atlantic Rim c'était déjà en dehors du cadre. Je ne ferai pas l'explication de ce qui définit le nanar, fait qu'un film est un navet ou simplement un mauvais film. Atlantic Rim, n'est pas un film. Ce truc à réveillé ma curiosité pour toutes les créatures de l'espace, préhistorique, génétiques en carton, en latex et en tout numérique. Cet intérêt est né chez moi quand j'avais 6 ans après avoir vu Alien 2 (mes parents ne sont pas responsables) et ne s'est jamais vraiment calmé.

Si Alien, figure dans le bestiaire de mon imaginaire, c'est simplement qu'il a bercé mon enfance (oui c'est trés glauque quelquepart, mais j'avais aussi des Transformers, si ça peut rassurer quelqu'un). J'ai toujours eu ce gout pour les films de série B et j'en ai consommé une grande quantité. Ce qui me plait dans ce style de cinéma, ce n'est pas la tension, le suspens ou le jus de tomate mais plutôt ce que la créature va faire dans le film. Un peu comme l'utilisation des gadgets dans un film de super héros, je suis à l'affut des jets d'acides, du changement de couleur, de la technique de chasse, des gadgets aussi parfois (Prédators tout ça) et tous les autres astuces qui seront déployés pour donner sa place à la "chose". Je considère le monstre comme un personnage important de l'intrigue et pas seulement comme "le truc qui va décimer l'équipage". Je me souvient qu'avec mon père déjà, on s'amusait à compter les victimes dans ce genre de film. Un jeu qui s'est arrêté avec la projection d'Independance day au cinéma.

Au fil du temps, j'éprouve même de l'affection pour certaines créatures (notamment les bébés, c'est trop choupi cf : Grabbers, que je recommande).

Pour conclure, il se pourrait que ces pages s'octroie quelques articles explicatif des "monstre de film" tout genre et qualité confondu. Je pense que je vous épargnerai les classiques, qui sont les gabarits définissants toute les nuées de bestioles de l'industrie du cinéma. J'opèrerait comme un jeu, avec twitter, puisque certains de mes twittos me suggèrent des films tel des épreuves. Mais je n'ai pas peur de ce genre de défis.

Lien permanent

RSS