Frustations de concepteur

Dans Geek par Iblitz - 10:04 - 02.07.2013

Tags : JDR, PNJ, Confession, Run Away

Depuis un certain temps je me pose des questions quand au degrés d'appropriation des jeux et des univers par les joueurs.

J'ai toujours apprécié quand un joueur ou un MJ modifie les règles ou occulte des passages obscurs pour les fluidifier. J'apprécie aussi quand certains éléments de l'univers sont mis de coté pour faire la lumière sur d'autres.

Je suis le premier à le faire, même dans mes jeux. Si je prend l'exemple de L5A ou de Warhammer, j'ai tendance à laisser de coté les menaces tel que le Chaos ou les Shadowlands pour centrer l'action autour des intrigues, des gens, et des querelles de clans. Je fais ressortir la bêtes plus tard pour oppresser... Pour les règles, je suis le premier à ne pas me servir de toutes et à en simplifier certaines, comme à Dying Earth où j'écarte volontairement certains points des règles de Rôles Play (qui sont unique !) pour me centrer sur le rôle play lui même.

Tout ça pour en venir sur un point qui me déconcerte un peu, l'appropriation des jeux par les joueurs. Souvent associé à une pratique excessive de certains jeux (D&D, Warhammer, Chtulhu...), les joueurs s'appuient sur le trio de caractéristiques suivant : physique, intellect, charisme et les considèrent comme indispensable à la résolution des actions pour les personnages, si l'une d'entre elle manque à l'appel ils sont perdu, et souvent considère le jeux comme déséquilibré ou mal conçu.

Pour ma part j'ai toujours eu un peu de mal en l'absence de caractéristique de "perception", mais ça ne m'a pas empêché de jouer des années à D&D qui trouve des solutions dans son système pour combler cette absence.

Dans d'autre jeux plus narratif, on aura une absence totale de compétences et de caractéristiques sociales ou d'investigations. Ces jeux cherchant à motiver les joueurs à utiliser leur cerveau plutôt que le chiffre inscrit sur leur fiche. Pour moi ce n'est pas un mal, il en faut. Mais il faut aussi que cela corresponde aux intentions de l'auteur et au jeu en lui même.

Pour ma part, on me reproche l'absence de "charisme" dans mes jeux. Mais est ce vraiment un bug, une faute, un déséquilibre ? Oui, si le jeu se borne aux apparences, comme D&D et où des pouvoirs liés à la prestance sont calculés sur ces valeurs, l'absence d'une telle caractéristique sera un défaut, le jeu étant trés cinématographique (pour ne pas dire Américain) et se base sur le charisme du perso pour calculer ces pouvoirs.

Pour moi une caractéristique de beauté ou de charisme impose un pouvoir "passif" sur les autres PNJ. Ainsi, une personne serait automatiquement séduite par un personnage ayant une forte valeur dans ce score ou toute tentative de séduction/politique sera une réussite par la simple présence du personnage. Mais qu'en est il de ses talents ? de la psychologie ?

Un personnage qui en impose mais qui reste relativement stupide ne sera un bon meneur d'homme que quelques minutes...., une beauté fatale sera incapable de discernement quand à l'impact de son "charisme" sur son environnement. Une personne dénué de sens comment, même avec tous les attribue physique possible et le charisme le plus élevé sera incapable de s'en sortir dans des intrigues de court et commettra bon nombre d'erreurs d'étiquettes, rendant inutile son "score" si précieux.

A défaut de charismes, un personnage peut séduire ou commander si ses mots sont choisis avec soins ? Ses actes peuvent parler pour lui et sa force imposera le respect. Il est tout a fait possible d'avoir des personnages charismatique, par leur actions, leur influence sur l'univers, les PNJ qui subissent cette influence, le scénario qui amène les personnages à être important. Faut il vraiment un score chiffré pour définir l'impact de la beauté et du charisme du personnage ?

Joueur ! tu es largué parce que tu ne sais pas si ton personnages est "beau" ? est-ce vraiment important ? Un personnage peut être beau sans être séduisant, et inversement ! On peut prendre l'exemple de Tyrion (Game Of Throne) qui n'est pas franchement beau, mais qui a, par ses actes et son apprentissage de la politique su se placer trés haut et développer un certains charisme. Un personnage peut trés bien avoir comme description " je suis super beau" et ne pas plaire aux PNJ qu'il rencontre, simplement parce que sa situation, ses compétences, ses possessions, son charme et tout ce qui fait l'attirail du jeu de la séduction n'est pas apprécié, et même crée des envieux.

Les MJ doivent assurer la modulation de ces talents/compétence pour que le système n'engendre pas de décalages incohérents entre ce que sont les personnages et leur impact sur le reste du monde.

L'exemple du charisme est un reproche régulièrement fait à Vivere. J'assume entièrement que cela puisse dérouter les joueurs et les MJ. Mais attention, c'est un choix. Je considère la séduction et le charisme comme un talent et non comme un attribut physique d'origine. On peut être beau et imposant sans pour autant être capable de maitriser cette apparence. Dés qu'on ouvre la bouche... le charme est rompu. De même si en face, les personnes manque de volonté, il seront forcément séduit. Et je pourrait citer d'autres jeux qui ne font pas usage du charisme dans leur caractéristique.

Libre aux joueur de remplacer le terme "volonté", par charisme, si ça les amuses, mais pour moi ce sont deux choses bien différentes.

Un autre point important, la rentabilité des "classes" et l'optimisation. J'ai toujours considéré que dans un jdr, un vrai, il était important d'avoir des personnages issuent de tous les milieux, tous les horizons et que le déséquilibre interne du groupe faisant la force de sa cohésion. Attention, cela ne s'applique pas à des jeux comme D&D4 ou Cops qui ont besoin d'un équipe soudé, que cela soit à cause du gameplay ou des scénarios qui visent l'équilibre du groupe et une répartition des points dans les classes.

Mais qu'en est il des joueurs qui ont l'habitude de chercher l'optimisation pour trouver la classe de personnage la plus rentable ? On m'a fait le reproche économique suivant : Un guérisseur passe son temps à acheter du matériel de soin pour chacune de ses actions de soins, il est donc moins rentable qu'un guerrier qui dispose de son équipement de base et qui n'aura pas besoin d'en racheter. Donc les joueurs joueront des guerriers.

C'est logique. Mais c'est la triste réalité des univers Med-fan.

Et qu'en est il des jeux où les profil/talents sont tirés aléatoirement (HawkMoon par exemple). Je vous donne l'exemple, d'un de mes perso ( oui je parle aussi de mes perso). Son seul talent était de savoir "lire" une langue disparu. Il faisant ça mal en plus et rien, dans son profil n'apportait un quelconque soutient à l'équipe. Il était lettré sans être compétent. Le hasar avait choisit. J'ai pourtant suivit le groupe, réalisé des actions, joué un bon nombre de scénarios du jeu où l'univers est sensiblement hostile à tout et où j'aurai du trépasser à la première égratignure. Est ce un personnage qui vous fait envie ? Comment expliquez vous que 70% des joueurs de R.O.B.O:T craquent pour le modèle Obsolète ? (même en campagne). Et Bitume qui propose de jouer des Enfants ? D&D, des gobelins ou des Corgis ?

Où est la liberté de créer un personnage, si les décisions des joueurs sont orienté par leur besoin de maitriser l'univers ?

Je conclurai avec le classique : il faut de tout pour faire un monde. C'est bien et c'est de circonstance. Mais que ces optimisateurs ne confondent pas Jdr et RPG console/Pc. Ce qui fait et restera la force du Jdr c'est tout ces paramètres imperceptibles que le MJ sera capable d'imposer aux joueurs pour leur proposer des menaces imprévues. Dans TOUS les jdr rappelez vous que : votre héros en armure flamboyante et au charisme redoutable, que votre connaissance des règles et du background, que vos calculs de probabilités autours de la rentabilité caractéristiques seront toujours mis à mal par l'inventivité de votre MJ.

Choisissez un jeu avec soin, ses règles seront toujours et souvent au service d'une vision particulière et d'un gameplay. N'appliquez pas vos habitudes de jeux aux autre jeux, les risques de briser la cohérence interne sont grand. Ne laissez pas non plus, ces habitudes devenir des critères de qualité dans l'appréciation des systèmes et de ses intentions.

Respirez, soufflez un peu. Trouvez votre jeux et amusez vous !

Moi, j'aime jouer des boiteux qui ont des illuminations soudaines et au destin tragique. Voila, je trouvera tellement plus héroïque de jouer des personnes qui luttent pour s'en sortir. Mais là c'est mon choix, et un univers comme D&D n'a pas ses intentions dans son système (et j'en ai joué des paladins vertueux en mon temps).

Haut de page

RSS