Le Jdr c'est has been

Dans Divers par Iblitz - 15:16 - 14.12.2016

Tags : Run Away

Comme expliqué dans ma grosse phase de râlerie :
- Le jdr stagne et se complait dans une pratique rétrograde
- Le jdr ferait mieux de s'inspirer de ses enfants, comme des autres médias pour s'épanouir.

Si les narrativistes et les vagues créatives américaines, espagnoles et nordiques ont apportés du sang neuf et de nouvelles pratiques, le jdr reste un loisir à part. De niche diront certains. Nous ne souffrons plus de l'étiquette du groupe d'ado dépressif, mais plutôt d'un syndrome élitiste.

en considérant notre loisir comme un média, il est le plus hermétique. Tv, BD, JV ont su par les années s'interpénétrés, échangés des codes et des pratiques. Modifier leur formats et s'approprier des publics variés. Certains ont même su se transformer suffisamment pour être partout à la fois. Il est qu'aujourd'hui, les autres médias parlent du jdr mais le jdr lui ne parle pas le même langage, il a le sien, unique, hermétique.

Si je râlait il y a quelques années quand on me demandait si je trouvais le OM pas trop cheaté...
Je serai bien heureux aujourd'hui que ces dénominations et ces raccourcis se vulgarisent.

Comme discuté avec d'autres sur divers réseaux, le format jdr c'est 12x8h. Pour ma part je suis passé à 5x4h (et parfois plus faut pas déconner).

Je côtoie des joueurs souvent plus jeunes que moi. Leur besoin et leur approche du jdr sont bien différentes des miennes. Ils ont un bagage ludique très différents du miens, mais leur attentes recoupent les miennes. Alors certes on ne s'émeut pas de la même façon sur ce que peut représenter la rudesse du gameplay d'un warhammer, mais on est bien content de partager 5h de castagne et de pouvoirs spéciaux autour d'une table. Une petite histoire pour ficeler le tout, une ambiance pour rendre ça plus rugueux et voilà. Certes le développement personnel des perso passe à la trape et la phase d'XP et de Loot se réduisent à l'essentiel, mais tout est là. Interaction sociale, gameplay, échanges, fiche de perso, interprétations, histoires, chips... on fait du jdr quoi.

Le JV est selon moi le médium qu'il faudra apprivoiser dans les années à venir. Il faudra percer cette bulle qui enferme les joueurs actuels par des jeux Ovni qui piochent dans toutes ces influences colorées, comme le JV a su le faire avec D&D. Les plus narratifs courtisent avec le cinéma, la poésie, la littérature et parfois la psychanalyse. Si ces derniers campent bien leur positions, ils forment une bulle plus fermée encore que celle du jdr mainsteam comme on le pratique depuis 30 ans.

Pour moi il faut d'abord revoir le format et le mode de création. Revoir la publicité que l'on en fait. Et actualiser les thématiques. Si Cthulhu à le vent en poupe chez les ludistes de tout poil, c'est juste un phénomène commercial qui ne parle pas du tout aux nouvelles générations de joueurs.

Le jdr se doit de sortir du placard. Mais il doit sortir en forme et plus sexy que jamais. Il va d'ailleurs s'inscrire à un club de fitness et commencer par faire quelque push-ups. Le jdr doit plaire, au sens large, s'approprier des contenus peu abordé encore, se gaver de série et de films modernes, s'incruster de manière positive dans d'autres médias comme on a pu le voir de façon optimiste (dans Stanger things, où les gens "anormaux" c'est les autres) pas comme Big Bang Théory (où la moindre partie les rend encore plus creepy).

Faire une cure de dés-intox et se montrer sous un jour nouveau et moderne. Arrêter de jouer avec des livres de 300 pages pour se prouver une existence en tant que "bon produit". Proposer des alternatives ludique souple, qui tacle la multiplicité des chiffres par l'astuce et l'intelligence d'une idée, aussi simple soit elle. Exploiter des concepts ludique, plutôt que des routines usées.

Voila, le placard est ouvert. Essuie toi les yeux, redresse toi et prend ton envol !

Haut de page

RSS